version française English version
Vous êtes ici : Accueil > Bienvenue > Actualités > SEFAR FYLTIS fête ses 20 ans de présence sur le Parc des Industries
 

SIZIAF

Parc des industries Artois-Flandres
64 rue Marcel Cabiddu
62138 DOUVRIN
Tél : 03 21 08 60 86
Fax : 03 21 69 58 00
Mail : contact [at] siziaf . com

SEFAR FYLTIS fête ses 20 ans de présence sur le Parc des Industries

L’industrie du textile, une activité du passé dans le Pas-de-Calais ? Ce n’est pas l ’avis de Laurent Gros, responsable logisitique de Sefar Fyltis depuis 10 ans. Qui précise aussitôt : « Ici nous sommes dans l’industrie du textile technique destiné à la filtration industrielle ». C’est une activité de pointe qui emploie 100 personnes sur le Parc des Industries et fait l’objet de processus techniques très élaborés. « Dans le groupe Sefar, nous avons nos propres usines de tissages qui nous fournissent le matériau à travailler. Le site de Billy- Berclau s’apparente donc davantage à une usine de confection où les rouleaux de tissu en polypropylène, polyamide ou polyester sont transformés en toile filtrante. », explique Laurent Gros.

Un produit à forte valeur ajoutée
Les toiles de filtre-presse sont en effet le produit phare de Sefar Fyltis. L’usine en est même le leader au niveau européen. Ces toiles à base de tissu qui permettent la séparation du solide et du liquide sont très répandues dans le secteur industriel. Parmi les clients de Sefar Fyltis, on retrouve aussi bien les géants de l’agroalimentaire, les mines et raffineries, les industries pharmaceutiques ou les stations d’épuration. Le produit est loin d’être anodin : « de la qualité du filtre-presse va dépendre la capacité de production de notre client ainsi que la qualité de son propre produit fini », note Laurent Gros.

Comme dans toute activité industrielle, la concurrence internationale est rude. Elle oblige à optimiser les moyens de production. « L’automatisation que permettent aujourd’hui les machines de découpe laser capables de reproduire des exemplaires identiques en lieu et place de l’ancêtre patron ou encore les robots soudeur est inéluctable, remarque Laurent Gros. Le travail de couturières expérimentées sur les machines à coudre industrielles n’en demeure pas moins indispensable ».

Une production qui s’exporte et se développe
Unique usine de confection de filtres industriels du groupe Sefar présente en France, l’entreprise jouit de sa position géographique stratégique : « nous exportons 55 % de notre production aux quatre coins de la planète. Nous avons donc besoin d’une implantation bien desservie par les axes routiers et à proximité relative des grands ports français et belges. Le Parc des Industries répond à ces attentes ».
Aujourd’hui, Sefar Fyltis se porte bien : « l’achat d’une troisième machine de découpe laser inaugurée par Christoph Tobler, notre CEO Groupe, pour les 20 ans de l’usine en juillet prouve que le groupe a confiance en nous, analyse Laurent Gros. Cela représente en effet un investissement de 700.000 euros. Cette nouvelle machine va nous permettre de maintenir l’emploi en produisant plus. Nous espérons ainsi poursuivre la croissance de notre chiffre d’affaires qui sur le site de Billy-Berclau s’élevait à 20 M€ HT en 2015 ».

Sefar-fyltis-2

Sefar Fyltis recrute des mécaniciennes en confection
Le savoir-faire des couturières est irremplaçable dans l’industrie du textile technique destiné à la filtration industrielle. Nos « bonnes vieilles machines à coudre », dixit Laurent Gros, requièrent dextérité et expérience. Force est de constater que le métier n’attire plus les jeunes. La suppression du CAP couture par l’éducation nationale a en cela envoyé un très mauvais signal, comme si le métier avait totalement disparu. Laurent Gros ne désespère pourtant pas d’attirer de nouvelles personnes désireuses de se former au produit sur le terrain auprès des salariées expérimentées. Pour celles que le challenge tente, c’est l’opportunité d’apprendre un métier qui s’est adapté aux demandes du marché et technicisé. « Le capital humain est la plus grande valeur de l’entreprise » conclut Laurent Gros, fier de pouvoir continuer à promouvoir le « made in France ».

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Imprimer le texte
  • Envoyer à un ami
  • Ajouter sur Facebook

ENVOYER CET ARTICLE :




pied de page