version française English version
Vous êtes ici : Accueil > Bienvenue > Actualités > Nancy Trouvilliers, couturière chez Sefar Fyltis : des jeans aux filtres industriels, une reconversion réussie
 

SIZIAF

Parc des industries Artois-Flandres
64 rue Marcel Cabiddu
62138 DOUVRIN
Tél : 03 21 08 60 86
Fax : 03 21 69 58 00
Mail : contact [at] siziaf . com

Nancy Trouvilliers, couturière chez Sefar Fyltis : des jeans aux filtres industriels, une reconversion réussie

S’il y avait eu une maternité à Billy-Berclau, c’est dans son village que Nancy Trouvilliers aurait vu le jour, comme à peu près tous ses ascendants, du temps où on naissait à la maison.

Avec des racines aussi intimement mêlées à son terroir, quitter celui-ci eût été un tel sacrilège que Nancy n’a jamais osé y penser. Ou alors, pas à plus de cinq kilomètres, juste pour aller préparer un CAP habillement à « l’annexe » du lycée de Wingles. Puis pour aller, diplôme en main et vingt bougies soufflées, se faire embaucher chez Levi’s, à La Bassée.

Les années 90 allaient passer ainsi, à confectionner des dizaines de milliers de jeans à côté des copines venues comme elle des villages environnants.

Puis patatras ! en 1999, le couperet tombe. L’usine ferme et tout le personnel est prié d’aller voir ailleurs.

Heureusement, le Parc des industries Artois Flandres est là, avec ses entreprises aux activités pour le moins diversifiées. Parmi elles, il y en a même une qui emploie des couturières. Cap donc sur Sefar Fyltis, où Nancy ne se laisse pas (trop) impressionner par des machines à coudre à côté desquelles celles de Levi’s ressemblaient à des jouets… L’embauche est donc conclue, de même que pour quelques autres ex-Levi’s.

Depuis 2000, Voilà donc Nancy Trouvilliers occupée à coudre des tissus techniques et des matières plastiques pour en faire des filtres destinés à l’industrie alimentaire, brassicole, sucrière ou encore pharmaceutique. On est certes bien loin de l’habillement, mais ce n’est pas pour déplaire à Nancy, qui apprécie la variété des tâches et des machines. Et puis, comme avant chez Levi’s, la bonne ambiance et la solidarité entre « filles » permettent de surmonter tous les obstacles. Cela n’a pas de prix, de même que la proximité de la chère maison familiale de Billy Berclau.

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Imprimer le texte
  • Envoyer à un ami
  • Ajouter sur Facebook

ENVOYER CET ARTICLE :




pied de page