version française English version
Vous êtes ici : Accueil > Bienvenue > Actualités > Quand des Québécois traversent l’Atlantique pour visiter un de leurs modèles : le Parc des industries Artois-Flandres !
 

SIZIAF

Parc des industries Artois-Flandres
64 rue Marcel Cabiddu
62138 DOUVRIN
Tél : 03 21 08 60 86
Fax : 03 21 69 58 00
Mail : contact [at] siziaf . com

Quand des Québécois traversent l'Atlantique pour visiter un de leurs modèles : le Parc des industries Artois-Flandres !

Le 22 octobre dernier, trois responsables de l’urbanisme et du développement économique de la ville québécoise de Victoriaville ont effectué une visite du Parc des industries Artois-Flandres, afin d’observer comment s’y prend le Siziaf pour intégrer les concepts du développement durable dans l’évolution permanente du Parc.

Richard Croteau, commissaire industriel, a bien voulu nous livrer ses impressions à l’issue de cette visite.

- D’abord, qu’est-ce qui vous a amenés à vous intéresser au Parc des industries Artois-Flandres ?
Nous sommes en train de développer un nouveau secteur de notre parc d’activités, « l’Écoparc industriel de Victoriaville », un parc industriel s’inscrivant dans les valeurs du développement durable. Nous voulons également réhabiliter et maximiser les parcs industriels existants afin de limiter l’étalement urbain et optimiser les investissements en infrastructures. Nous étions donc à la recherche d’expériences intéressantes en la matière, de façon à bien connaître les défis à relever et les conditions à réunir pour agir avec succès. Les membres du Réseau PALME (1) ont vite identifié le Parc des industries Artois-Flandres comme l’exemple le plus pertinent Et effectivement ce fut une visite extrêmement enrichissante. D’ailleurs, en 2012, le ministère des affaires Municipales du Québec avait publié une étude de Pierre Blais, urbaniste, sur les écoparcs industriels et citait le Parc des industries Artois-Flandres pour ces avancées. http://www.mamrot.gouv.qc.ca/pub/ob...

- Quelle impression globale en tirez-vous ?
Vous avez réussi à concentrer de grandes entreprises et beaucoup d’emplois (ratio emplois/espace très performant) sur un même territoire, tout en conservant un parc d’activités agréable, bien aménagé et « vert ». Nous avons rarement observé cela ailleurs.

- En quoi un tel parc est-il différent (ou pas) de ce que vous avez au Québec ? Au Québec, comme dans l’ensemble de l’Amérique du Nord, la gestion est plutôt individualiste ; chaque entreprise veut développer ses activités avec un maximum de liberté et d’autonomie. Ceci rend plus difficiles que chez vous la mutualisation des services (entretien, aménagements paysagers, gestion des eaux de pluie, crèche, restaurant, etc) et le développement des projets.

- Vous qui travaillez également sur la thématique du développement durable, que pensez-vous de la politique du Siziaf en la matière ?
Vous avez su identifier les enjeux majeurs pour vous et travaillez à leur apporter des solutions efficaces. Nous croyons également que la requalification permanente est une approche très importante afin d’éviter que certains secteurs d’un parc d’activités vieillissent mal et deviennent des « ghettos » industriels.

- En matière de promotion du développement durable, y a-t-il quelque chose qui vous ait particulièrement marqué sur le Parc, qui soit différent ou en avance sur ce que vous faites au Québec ?
Nous avons particulièrement apprécié la qualité des services mutualisés, comme par exemple l’adduction et le traitement des eaux. Et bien sûr nous avons été passionnés par le bâtiment Regain ! Nous devons développer, comme là, des lieux de travail plus durables ; c’est souvent négligé, mais « non négligeable ». Nous avons également aimé l’intégration de l’art dans votre parc d’activités. D’une manière générale, nous avons eu l’impression que c’est un endroit agréable pour travailler. Cela nous semble important car les travailleurs y passent une partie importante de leur quotidien.

(1) : association regroupant un certain nombre de parcs d’activités menacés par le vieillissement de leurs infrastructures et intégrant les principes novateurs développement durable pour assurer leur renouvellement.

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Imprimer le texte
  • Envoyer à un ami
  • Ajouter sur Facebook

ENVOYER CET ARTICLE :




pied de page