version française English version
Vous êtes ici : Accueil > Bienvenue > Actualités > Le Parc des industries Artois-Flandres, « un des produits majeurs de la région » selon Yann Pitollet, directeur général de Nord France Invest
 

SIZIAF

Parc des industries Artois-Flandres
64 rue Marcel Cabiddu
62138 DOUVRIN
Tél : 03 21 08 60 86
Fax : 03 21 69 58 00
Mail : contact [at] siziaf . com

Le Parc des industries Artois-Flandres, « un des produits majeurs de la région » selon Yann Pitollet, directeur général de Nord France Invest

Faire connaître et « vendre » le Nord-Pas-de-Calais aux investisseurs du monde entier est la finalité de Nord France Invest, une association dont le budget de 2,7 M€ est assuré à 72% par la Région, à 18% par les Chambres de commerce et d’industrie et 10% par le Feder.

De quels atouts dispose-t-elle pour remplir efficacement sa mission ? Nous l’avons demandé à son président, Luc Doublet, et à son directeur général, Yann Pitollet.

La Lettre du Parc : Quelles sont les cibles de NFI ? Yann Pitollet : Le travail de prospection des entreprises étrangères susceptibles de s’implanter dans le Nord-Pas-de-Calais est réparti entre deux grands types d’acteurs : premièrement, un ensemble de partenaires locaux (les agences locales de développement, les CCI territoriales et les EPCI), qui assurent la prospection dans les pays européens proches (ainsi qu’en France) ; et NFI, qui prospecte le grand large (Amériques, Asie, reste de l’Europe).

LLDP : Quels atouts pouvez-vous mettre en avant quand vous présentez le Nord-Pas-de-Calais à un investisseur ? Luc Doublet : Le Nord-Pas-de-Calais possède des particularités uniques. Elles sont d’abord géographiques : la région est au cœur du premier bassin de consommation d’Europe, avec un pouvoir d’achat de 1500 milliards d’euros dans un rayon de 300 km, soit le double de celui de l’Ile de France. Dans le monde, seules les agglomérations de Tokyo et de New York sont devant. Le Nord-Pas-de-Calais s’inscrit dans la « banane bleue », cette mégalopole européenne qui va de Londres à Milan et où les lumières sont si denses qu’elles sont visibles depuis l’espace.

LLDP : Ce que vous dites là est donc vrai pour d’autres régions européennes. Comment le Nord-Pas-de-Calais peut-il s’en distinguer ? Et d’abord, vos interlocuteurs parviennent-ils à nous localiser ? LD : Sur le point de la notoriété, nous avons fait des progrès extraordinaires depuis dix ans. Vous n’imaginez pas à quel point la candidature de Lille aux Jeux Olympiques a été un formidable accélérateur ! Et puis, les choses vont encore s’améliorer avec la nouvelle signature commerciale du Nord-Pas-de-Calais, « Lille Region ». En fait, la région possède des atouts uniques : bordée par la Manche et la mer du Nord, formant le détroit le plus fréquenté du monde, elle est naturellement tournée vers l’Europe du Nord. Son économie est extrêmement diversifiée (n’oublions pas le secteur agricole et agro-alimentaire) et puissante. Son PIB est supérieur à celui de la Hongrie ou de la Nouvelle-Zélande et proche de celui du Chili ! En fait, plus qu’une région, nous pouvons raisonner à l’échelle d’un Etat.

LLDP : Comment vous y prenez-vous pour approcher puis convaincre les investisseurs ? Yann Pitollet : Notre approche est différenciée selon l’origine géographique et l’activité de nos prospects. Nous avons une démarche en entonnoir : d’abord « vendre » l’Europe, puis la France, puis le Nord-Pas-de-Calais. Pour ce dernier, nous mettons en avant, outre ses atouts géographiques, ses pôles de compétence (transports terrestres, santé, logistique, éco-activités, IAA, matériaux nouveaux, création numérique) ainsi que ses formations et ses activités en matière de recherche.

LLDP : Les parcs d’activités vous sont-ils utiles dans votre démarche de prospection ? YP : Bien sûr ! Nous les évoquons dès que nous commençons à entrer dans le concret. Nous mettons en avant la qualité intrinsèque de l’offre foncière, mais aussi son prix, beaucoup moins élevé par exemple qu’en Belgique.

LLDP : Le Parc des industries Artois-Flandres figure-t-il à votre catalogue ? YP : C’est un des produits majeurs de la région. Nous insistons sur sa situation, son accessibilité, ses équipements, mais aussi sur la disponibilité immédiate de ses parcelles, la qualité de l’accueil qui y est fait aux investisseurs ou encore la certification ISO 14001 du Parc.

LLDP : En quoi cet argument est-il important ? YP : Il l’est plus qu’on ne l’imagine. Les grandes entreprises sont maintenant tenues de publier un rapport de responsabilité sociale et environnementale pour lequel la certification ISO 14001 de leur lieu d’implantation devient quasiment incontournable. Et, par ricochet, elles demandent à leurs sous-traitants de respecter les mêmes règles. En ce sens, le Parc des industries Artois-Flandres est donc une sécurité en plus d’être propice à leur développement.

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Imprimer le texte
  • Envoyer à un ami
  • Ajouter sur Facebook

ENVOYER CET ARTICLE :




pied de page